Parties prenantes: comment les inclure dans votre démarche RSE?

Partagez

Dans une démarche RSE, il est primordial de s’engager auprès de ses parties prenantes.
Mais qui sont ces fameux Stakeholders?

Par définition, les parties prenantes (ou parties intéressées) sont des acteurs qui peuvent impacter ou être impactés par les activités de l’entreprise.

1# Pourquoi inclure ses parties prenantes dans une démarche RSE?

Consulter et s’engager auprès de ces acteurs permet à l’entreprise de renforcer son ancrage territorial mais aussi de valoriser son écosystème. Premièrement, inclure ses parties prenantes dans sa reflexion et ses engagements témoigne d’une meilleure transparence.

Ce jeu d’influence est à prendre en compte dans l’élaboration d’une feuille de route dans une logique d’amélioration continue. Cela permet de satisfaire toutes les personnes concernées par notre activité, de près ou de loin.

Ensuite, en ayant une vision plus large sur ses enjeux, l’entreprise peut contrôler les risques et faire des choix plus judicieux. Cette logique renforce donc la performance globale de l’entreprise et par conséquent, sa performance sociale et environnementale.

2# Comment identifier ses parties prenantes?

La première étape est d’identifier et hiérarchiser les parties prenantes qui constituent l’écosystème de l’entreprise.
Par exemple, il est pertinent d’organiser un atelier à cet effet en interne. Cela ne doit pas de faire en petit comité mais bien en intelligence collective. En effet, les collaborateurs font partie des personnes les plus concernées par la stratégie de l’entreprise. C’est donc l’occasion d’initier une démarche RSE en groupe avec un cet atelier participatif.

Exemples de parties prenantes communes: 
les fournisseurs, les riverains, les pouvoirs publics, les consommateurs,
les actionnaires, les syndicats, les associations et ONG, la presse 
et bien sûr les collaborateurs.

3# Comment les intégrer dans notre démarche RSE?

L’entreprise doit commencer par recenser les attentes de ses parties prenantes. Le dialogue peut être instauré de manière formelle ou informelle. Certains vont favoriser des rencontres collectives et entretiens, tandis que d’autres vont utiliser des outils comme les enquêtes et questionnaire.

La matrice de matérialité, un outil à favoriser:

Constituer sa propre matrice permet de confronter la vision des enjeux des parties prenantes et de l’entreprise.

D’un côté, les données se basent sur des résultats qualitatifs ou quantitatifs issus des réponses des parties prenantes.
De l’autre, c’est le COPIL/COMEX qui définit les enjeux important pour l’entreprise.

Ainsi, une fois les attentes et enjeux identifiés et cartographiés, l’entreprise s’engage à prendre en compte ces données dans sa feuille de route.

La dernière étape clé réside dans la communication. L’entreprise partage ses engagements présents et futurs avec les personnes concernées et qui sait…peut-être les inspirer!

Entreprises Engagées vous accompagne dans la construction de votre feuille de route RSE. Vous souhaitez organiser un atelier pour identifier vos parties intéressées?
N’attendez-plus, contactez-nous!

D'autres actualités à la Une

Newsletter