Médaille Platinum : retour d’expérience d’une directrice d’une PME française sur sa démarche RSE

Partagez

« Le premier effet de la médaille Platine a été la fierté des collaborateurs. Il est important de se sentir bien, pour travailler mieux. La médaille a été perçue comme la reconnaissance du travail des équipes. »

Ghislaine Peythieux Donadille, Directrice Générale Adjointe de LG INDUSTRIES

De plus en plus, les entreprises perçoivent le besoin de formaliser leurs pratiques RSE. C’est-à-dire d’inscrire dans des documents et des politiques leurs actions et leurs engagements souvent restés implicites. La PME  LG Industries médaillée platine en 2022 lors de sa seconde évaluation EcoVadis ,témoigne.

Médaille platinum Ecovadis
Top 1%
*TOP 1% : LGI fait partie des 1% des entreprises les plus performantes en matière de RSE évaluées par EcoVadis

LG Industries SAS est un acteur majeur dans l’industrie du sanitaire français située à Phalempin, une commune des Hauts de France. La société est implantée depuis bientôt 20 ans sur le marché de la salle de bains/cuisine avec ses deux marques LG INDUSTRIES et KRONE BY LG INDUSTRIES. En véritable expert, LGI conçoit des cabines, douches à l’italienne, parois de douche mais aussi de la robinetterie et des baignoires îlot, en réponse aux besoins des distributeurs et des utilisateurs. 

De par son secteur d’activité, le pilier environnement prend une part prépondérante dans la stratégie RSE globale de l’entreprise, car, en tant que fabricant, l’impact existe en matière de consommation d’énergie, des matières premières, de production des déchets et prise en compte de la fin de vie de ses produits.

6 questions à Ghislaine Peythieux Donadille, DGA

Qu’est-ce qui était à l’origine du parcours RSE chez LG Industries ?

La demande d’un client fut l’élément déclencheur de la formalisation de la démarche RSE de LG Industries. Le lancement de cette démarche a permis de mettre par écrit ce qu’était le quotidien historique de l’entreprise. Cela a aussi fait ressortir la nécessité de chiffrer et exécuter un travail de reporting plus précis concernant les actions mises en place au sein de la société. Auparavant, la façon dont la RSE se manifestait au sein de LG Industries était très personnelle : les pratiques dites « pratiques relatives à la RSE » étaient, pour l’ensemble les collaborateurs, des habitudes quotidiennes. Elles étaient en concordance avec les valeurs de chacun expliquant pourquoi aucun mot n’avait été posé dessus.

Quels ont été vos freins et vos difficultés ?

Au début du processus, nous avons traversé une phase de réticence face à la nécessité d’obtenir une certification RSE. Nous nous disions entre nous : « Non, mais franchement on n’a pas que ça à faire, on n’a pas besoin de label pour nous dire ce qu’on doit faire. D’ailleurs nous faisons déjà sans label ». Après un temps de réflexion, le processus de labélisation fut entamé et nous avons démarré le projet par nous-mêmes en rassemblant les informations et preuves que nous pensions nécessaires pour répondre au questionnaire EcoVadis. 

Par la suite nous nous sommes rapidement rendu compte de la complexité des attentes spécifiques d’EcoVadis. C’est à ce moment-là que nous nous sommes tournés vers Entreprises engagées pour nous accompagner dans la formalisation des documents RSE.

Pour LG Industries, c’est le thème de l’éthique qui a demandé le plus de formalisation : en effet, il était évident que nous ne faisions pas travailler d’enfants, mais c’est la rédaction des documents attestant des pratiques qui a été le plus chronophage. Nous étions déjà BSCI, ce qui nous paraissait une preuve suffisante.

Aviez-vous constaté un avant/après avoir enrichi votre démarche RSE ?

La structuration de la démarche RSE a eu un bénéfice immédiat pour LG Industries. Les intervenants au sein des équipes ainsi que les clients n’avaient pas conscience de tout ce que l’entreprise faisait déjà sur ce sujet. Cela s’explique par le fait que très peu de communication (aussi bien interne qu’externe) était faite sur le sujet. Le processus de certification nous a aussi fait nous rendre compte que nous faisions bien plus que ce que nous pensions. EcoVadis a permis, à travers le questionnaire, de clarifier ce qu’était la RSE et la notation exigeante a permis à l’entreprise d’aller plus loin sur « comment faire pour continuer sa démarche RSE et comment prévoir l’avenir ? »

Aviez-vous trouvé un bénéfice à vous faire accompagner dans la soumission de l’évaluation ?

Nous avions commencé à faire l’évaluation sans passer par un prestataire externe. D’après les premiers résultats, nous étions meilleurs que la moyenne des entreprises du secteur, néanmoins nous n’avions pas obtenu cette médaille. Cela a généré une grosse frustration et de l’incompréhension. En effet, beaucoup d’informations fournies n’étaient pas considérées comme des preuves suffisantes alors qu’elles émanaient d’organismes externes. C’est pour cela que nous avons fait appel à  Entreprises engagées.

D’un point de vue indicateurs, il fut important de passer par un prestataire externe qui nous a aidé à mettre en lumière certaines KPI que nous n’avions pas pensé à mettre en place. Par exemple, nous n’avions pas chiffré l’ensemble des économies réalisées en changeant les éclairages ou en positionnant des panneaux solaires, ce qui avait nécessité de gros investissements initiaux. Nous avons réalisé des actions d’information auprès de toutes les équipes et l’année suivante, le challenge « Améliorer la consommation chauffage » a été lancée avec succès.

Comment aviez-vous embarqué vos collaborateurs dans le projet ?

La première étape a été de faire participer tous les salariés à une enquête leur demandant leur perception de nos valeurs. Nous avons réalisé une étude qui a permis de créer plus de cohésion sur ce sujet et d’établir des valeurs conformes à notre vécu quotidien. Une fois que nous avions ces valeurs écrites et partagées, il a été plus simple de motiver les collaborateurs.

Comment voyez-vous la suite ?

Le travail de formalisation permet d’appréhender les prochaines étapes avec plus d’efficacité. En effet, bien que cette première étape ait été chronophage, cela a permis de mieux assimiler ce nouveau mode de pensée et de l’appliquer rapidement. Il est important pour les équipes de garder l’élan insufflé par le processus de certification : si nous voulons qu’elles restent engagées, ce qui est leur ADN, il est nécessaire de valoriser leurs efforts. Nous avons la chance d’avoir des équipes heureuses de travailler chez LG INDUSTRIES, et cela doit continuer ! Grâce à une analyse systémique inscrite dans une logique de progrès, nous peaufinons la connaissance de nos sujets et nous nous améliorons d’année en année.

Merci à Ghislaine pour ce témoignage

D'autres actualités à la Une

CSRD et double matérialité : vers une nouvelle ère du monde de l’entreprise

e texte de la CSRD pourrait marquer un virage décisif dans notre course vers un monde durable. Cette directive vise plus de 50 000 entreprises, en se concentrant en priorité sur celles qui ont le plus d’impact (des plus grandes aux plus petites). C’est un bon premier pas, mais nous restons loin de la ligne d’arrivée. Le champ d’action de la CSRD est donc voué à s’élargir si nous voulons relever les défis qui nous attendent. Il y a fort à parier qu’une dichotomie naîtra, entre ceux qui subissent la législation et ceux qui l’auront anticipée. Inutile de préciser que ce sont ceux qui l’auront anticipée qui ressortiront les grands gagnants de cette transition.

> Lire la suite

Newsletter