logo iso 26000

La norme ISO 26000, le référentiel par excellence de la RSE

Partagez

ISO 26000 s’adresse aux entreprises qui ont l’intention de bien faire. Car l’intention de bien faire, ce n’est pas ce qui manque chez les entreprises. Mais quand il s’agit de se retrousser les manches et se mettre au travail, ce n’est plus si évident. La RSE est un domaine nouveau, encore nébuleux pour beaucoup et pourtant déjà très riche. Par où commencer, quand on n’y connait pas grand-chose mais qu’on souhaite intégrer la RSE à son entreprise ? Quels sont les leviers à actionner ? Pour répondre à ces questions, il faudrait proposer un « guide ultime » de la RSE, pour que toutes les entreprises puissent s’y retrouver. Ça tombe bien, ce guide, il existe, et il s’appelle ISO 26000.

Qu’est-ce que c’est, ISO 26000 ?

Nous avons déjà présenté la norme ISO 26000 dans un précédent article, alors nous nous contenterons de faire un rapide résumé ici. La norme ISO 26000, c’est un référentiel de RSE qui a été élaboré par l’AFNOR (l’association française de normalisation) et publié en 2010. ISO 26000 est le résultat de 5 ans de délibérations entre de très nombreux acteurs économiques issus de 99 pays différents. L’objectif : trouver les lignes directrices de la RSE, qu’on peut appliquer à tout type d’organisation, quelle que soit sa taille et sa localisation.

En s’appuyant sur 7 domaines d’impact, ISO 26000 propose des solutions et des clés dont les entreprises peuvent se servir pour mettre en place une stratégie RSE efficace et complète.

7 domaines RSE
Les 7 domaines d’impact
Source : Bprifrance, « Guide RSE – Enjeux stratégiques »

ISO 26000, le référentiel le plus complet, mais pas plus qu’un référentiel

La particularité de cette norme, c’est sa dimension universelle et internationale. Rédigée par des acteurs de tous horizons, elle s’adresse à toutes les organisations, quelle que soit leur activité, leur taille ou leur nationalité. Résultat d’un long travail mûri et réfléchi, ISO 26000 est sans aucun doute la norme la plus complète et le référentiel le plus poussé en matière de RSE. Il est considéré comme le guide incontournable de la RSE et traite tous les sujets.

En revanche, la norme ISO 26000 n’est pas certifiable (astuce : les normes qui finissent par un « 0 » ne le sont jamais). Cela signifie qu’une entreprise qui suivrait à la lettre les recommandations d’ISO 26000 n’aurait pas de moyen de rendre compte de sa conformité à la norme avec une certification officielle.

Comment rendre compte de ma conformité ISO 26000 ?

Quel intérêt, alors, de suivre les recommandations de ISO 26000 ? Car il faut bien le reconnaître, les entreprises mènent une politique RSE surtout parce qu’elles y trouvent un intérêt sur le plan stratégique, notamment grâce au renforcement de leur image de marque. Le baromètre RSE récemment publié révèle en effet que l’enjeu business est l’enjeu numéro 1 pour les entreprises. 93% d’entre elles considèrent d’ailleurs que l’image de marque est une motivation importante ou très importante dans la mise en place d’une stratégie RSE. Or, les certifications sont un excellent moyen de renforcer cette image de marque.

Malgré son caractère non certifiable, il y a bien un intérêt non négligeable à s’appuyer sur ISO 26000 pour construire sa stratégie RSE. En effet, toutes les certifications RSE s’appuient sur ce référentiel de près ou de loin pour construire leur outil d’évaluation. De nombreux labels s’appuient intégralement sur cette norme, comme le label Engagé RSE, qui est d’ailleurs encadré par l’AFNOR elle-même. Les autres labels, comme EcoVadis ou B Corp, peuvent contenir des spécificités qui leur permettent de se démarquer les uns des autres, mais tous partagent ce socle commun qu’est ISO 26000.

Viser la conformité à cette norme permet donc d’ouvrir énormément de portes sur l’obtention de labels. La bonne stratégie peut donc consister à suivre le plus possible les recommandations faites par ISO 26000, puis de les formaliser pour obtenir par la suite les certifications permettant de rendre compte de la stratégie RSE et des efforts fournis par l’entreprise.

Nous proposons depuis peu un accompagnement sur le label Engagé RSE, en plus de nos offres EcoVadis, B Corp et Société à Mission Pour plus d’informations, contactez-nous

D'autres actualités à la Une

CSRD et double matérialité : vers une nouvelle ère du monde de l’entreprise

e texte de la CSRD pourrait marquer un virage décisif dans notre course vers un monde durable. Cette directive vise plus de 50 000 entreprises, en se concentrant en priorité sur celles qui ont le plus d’impact (des plus grandes aux plus petites). C’est un bon premier pas, mais nous restons loin de la ligne d’arrivée. Le champ d’action de la CSRD est donc voué à s’élargir si nous voulons relever les défis qui nous attendent. Il y a fort à parier qu’une dichotomie naîtra, entre ceux qui subissent la législation et ceux qui l’auront anticipée. Inutile de préciser que ce sont ceux qui l’auront anticipée qui ressortiront les grands gagnants de cette transition.

> Lire la suite

Newsletter