L’investissement dans une démarche RSE est-il un frein financier au développement d’une entreprise ?

Partagez

La RSE, un investissement qui fait peur

En tant que cabinet de conseil et d’accompagnement en stratégie RSE, Entreprises engagées côtoie au quotidien de nombreux responsables d’entreprises plus ou moins grandes et plus ou moins matures concernant la RSE. Dans cette variété de profils, l’appréhension des entreprises à investir dans une démarche RSE revient très souvent. Selon l’étude du Baromètre RSE 2022, 56% des entreprises allouent à peine moins de 5000€ par an à la RSE, et 1 entreprise sur 3 ne bénéficie d’aucun budget.

Oui, la RSE est un investissement. Mais investissement ne veut pas dire sacrifice financier, bien au contraire. Lorsqu’il s’agit du développement d’une filiale, du lancement d’un produit, ou de l’ouverture d’une nouvelle boutique, les entreprises se posent généralement moins de questions. En effet, toutes ces stratégies sont profondément ancrées dans les pratiques des entreprises parce qu’elles savent qu’elles sont nécessaires à leur développement. Tous les dirigeants sont amenés à prendre des risques en pariant sur la rentabilité d’un investissement. C’est d’ailleurs bien là le cœur de leur métier.

Mais quand il s’agit de RSE, les entreprises sont plus frileuses. Comme n’importe quel autre projet, l’intégration d’une démarche RSE mobilise des ressources financières et du temps. Et comme n’importe quel projet, la RSE génère des bénéfices, à condition que le projet soit porté avec rigueur et cohérence.  

 Mais parce que ce domaine est encore naissant, l’origine de ces bénéfices n’est pas toujours évidente à envisager pour les entreprises.

Un investissement stratégique d’anticipation de la législation

S’engager dans une démarche RSE devient aujourd’hui une priorité sociétale qui est de moins en moins du ressort des entreprises et de plus en plus de celui de la loi. Or, s’adapter à de nouvelles règlementations requiert une flexibilité, et une capacité d’adaptation qui ne sont pas évidentes.

Par exemple, avec la directive européenne du CSRD, toutes les entreprises de plus de 250 employés devront obligatoirement mettre en place une stratégie RSE spécifique et effectuer un reporting extra-financier (bilan carbone entre autres) à partir de 2025. Le périmètre de la directive s’élargira les années suivantes pour concerner de plus en plus d’entreprises. Il ne fait aucun doute que les entreprises qui s’y seront préparées en avance gagneront en compétitivité. En décidant de contrôler ces changements et de les aborder positivement, vous choisissez d’éviter de subir un rétropédalage fatigant et coûteux. 

CSRD

Un investissement pour une image de marque qui devient centrale

On dit aujourd’hui que le client « vote » avec sa carte bleue. En achetant tel produit ou tel service, il cautionne voire accepte indirectement les pratiques et valeurs exercées et diffusées par l’entreprise. Les consommateurs et les partenaires sont de plus en plus soucieux de ce à quoi ils souscrivent, et les pratiques de l’entreprise deviennent un critère dans leurs décisions d’achat. Ainsi, investir dans une démarche RSE est, plus qu’un moyen, un levier pour faire valoir vos engagements et votre enthousiasme autour de la construction d’un avenir juste et durable. C’est cette image de marque qui attirera des consommateurs et partenaires qui vous ressemblent et vous seront fidèles, fiers de faire appel à vous et non à votre voisin ! 

Un investissement multiplicateur d’engagement et de productivité

Dans une étude menée par Audencia et Jobs That Make Sense, il ressort que 92% des salariés sont en quête de sens au travail, et que contribuer aux enjeux sociaux et/ou environnementaux est porteur de sens pour la majorité des salariés. La réputation de l’entreprise et ce qu’elle apporte à la société est devenu un critère essentiel d’attractivité. S’engager dans une démarche RSE est aussi un facteur de motivation clé. D’après la théorie de Edwin Locke, la motivation est fortement corrélée à la productivité. Grâce à des objectifs précis, réalisables et porteurs d’espoir, les employés se sentent d’autant plus concernés et impliqués par la mission de l’entreprise. Ils nouent des liens autour d’un nouveau projet commun, et des valeurs partagées. 

En somme, un investissement positif sur tous les fronts.

La démarche RSE, une fois intégrée, n’est plus une charge financière, mais une manière de gagner en compétitivité, de s’adapter aux attentes de ses clients et de gagner en productivité. Individuellement, n’importe lequel de ces objectifs représente déjà une raison d’investir pour beaucoup d’entreprises, et souvent des sommes qui dépassent celles entraînées par la mise en place d’une stratégie RSE. Et la cerise sur ce gâteau déjà plus qu’appétissant, c’est qu’en plus, investir dans la RSE, c’est contribuer à construire un monde meilleur : meilleur pour la planète et meilleur pour nous. Difficile de trouver un projet plus complet que celui-là.

Mais il faut le reconnaître, l’aspect financier n’est pas le seul frein à la mise en place d’une démarche RSE. La RSE est un domaine naissant et contrairement aux autres départements d’entreprise qui sont en général bien maîtrisés, les indicateurs sont plus flous, les résultats plus difficiles à mesurer, et souvent, on ne sait pas par où commencer. Si vous êtes confronté à cette barrière, envisagez de vous faire accompagner. Chez Entreprises engagées, nous proposons de vous assister dans la mise en place d’une démarche RSE qui vous ressemble. Pour plus d’informations, consultez Nos Offres ou Contactez-nous.

D'autres actualités à la Une

CSRD et double matérialité : vers une nouvelle ère du monde de l’entreprise

e texte de la CSRD pourrait marquer un virage décisif dans notre course vers un monde durable. Cette directive vise plus de 50 000 entreprises, en se concentrant en priorité sur celles qui ont le plus d’impact (des plus grandes aux plus petites). C’est un bon premier pas, mais nous restons loin de la ligne d’arrivée. Le champ d’action de la CSRD est donc voué à s’élargir si nous voulons relever les défis qui nous attendent. Il y a fort à parier qu’une dichotomie naîtra, entre ceux qui subissent la législation et ceux qui l’auront anticipée. Inutile de préciser que ce sont ceux qui l’auront anticipée qui ressortiront les grands gagnants de cette transition.

> Lire la suite

Newsletter