Le comité RSE, une opportunité pour initier le changement

Partagez

La RSE est de plus en plus considérée comme un enjeu stratégique majeur pour beaucoup d’entreprises. Parce qu’elle concerne de nombreux départements de l’entreprise, qu’elle est de plus en plus importante pour les clients et les partenaires, et qu’elle continuera de toute évidence à prendre de l’importance dans les années à venir, surtout avec l’arrivée prochaine du CSRD. Ceci explique donc pourquoi 63% des entreprises interrogées dans le baromètre de la RSE 2022 ont rattaché le département RSE au comité exécutif. Cependant, outre l’impulsion de la direction générale, une démarche RSE ne peut être mise en place sans l’implication et un engagement fort des parties prenantes internes. Or, une des manières d’impliquer les salariés dans une démarche RSE, c’est de mettre en place un comité RSE, qui agit comme un réseau d’ambassadeurs de la RSE en interne.

Pourquoi mettre en place un comité RSE ?

Globalement, la RSE rassemble. En effet, d’après le baromètre RSE, l’ensemble des parties prenantes internes est majoritairement favorable aux actions RSE de leur entreprise et les collaborateurs portent un intérêt grandissant pour ces sujets. Mais l’intention ne suffit pas. Et lorsqu’il s’agit d’action, mettre en place un comité RSE est une option particulièrement efficace. Un comité RSE est redoutablement efficace dans la structuration de l’action et de l’engagement. Il permet de :

  • Mobiliser un maximum de collaborateurs autour de la stratégie RSE de l’entreprise
  • Être au plus près des collaborateurs, ce qui est très important car les collaborateurs sont les acteurs du changement
  • Gagner en efficacité et en performance dans le déploiement du plan d’action RSE
  • Favoriser la dynamique collective
  • Crédibiliser et légitimer le sujet de la RSE, qui est une problématique à part entière et qui touche tous les départements de l’entreprise.

Quelles sont les missions du comité RSE ?

Le comité RSE a plusieurs missions :

Mission 1 : S’assurer de la bonne progression des plans d’action RSE en vue d’atteindre les objectifs préalablement fixés

Mission 2 : Engager l’ensemble des collaborateurs de l’entreprise autour de la démarche RSE. Diffuser, animer, faire vivre la démarche et la culture RSE au sein des équipes

Mission 3 : Challenger les arbitrages internes et apporter des préconisations

Attention à ne pas confondre avec le comité de pilotage ou le responsable RSE qui sont en charge de piloter la stratégie RSE.

Qui compose le comité ?

Le comité RSE peut être instauré quels que soient la taille et le secteur d’activité de l’entreprise. Chaque entreprise est libre de choisir le nombre et le profil des personnes qui composent le comité.

En général, ce sont des personnes motivées et volontaires qui possèdent des connaissances transversales et qui sont en lien avec les différents départements de l’entreprise. Ce sont généralement des personnes qui se démarquent par leur engagement sur les sujets environnementaux et sociaux dans leur vie quotidienne personnelle et professionnelle.

Au fil du temps, les membres du comité pourront être renouvelés pour redynamiser la démarche et permettre l’émergence de nouvelles idées.

Le comité RSE, un outil efficace de conduite du changement

Pour conclure, si la mise en place d’un comité RSE n’est pas obligatoire, nous le recommandons fortement. Il s’agit d’un réel bénéfice pour l’entreprise et il permet d’accompagner efficacement la démarche RSE et de mener à bien la dynamique du changement. Si vous souhaitez bénéficier d’un accompagnement dans la mise en place d’un tel comité et, plus largement, dans votre démarche RSE, faites appel à nos services !

D'autres actualités à la Une

CSRD et double matérialité : vers une nouvelle ère du monde de l’entreprise

e texte de la CSRD pourrait marquer un virage décisif dans notre course vers un monde durable. Cette directive vise plus de 50 000 entreprises, en se concentrant en priorité sur celles qui ont le plus d’impact (des plus grandes aux plus petites). C’est un bon premier pas, mais nous restons loin de la ligne d’arrivée. Le champ d’action de la CSRD est donc voué à s’élargir si nous voulons relever les défis qui nous attendent. Il y a fort à parier qu’une dichotomie naîtra, entre ceux qui subissent la législation et ceux qui l’auront anticipée. Inutile de préciser que ce sont ceux qui l’auront anticipée qui ressortiront les grands gagnants de cette transition.

> Lire la suite

Newsletter