Entreprises engagées biodiversité environnement

Biodiversité : réseaux d’entreprises et associations

Partagez
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Entreprises pour l’Environnement (EpE)

L’Association française des Entreprises pour l’Environnement (EpE), créée en 1992, est un lieu de dialogue entre responsables d’entreprises, dirigeants ou responsables pour l’environnement, qui partagent la vision de l’environnement comme source de progrès et d’opportunités, échangent sur leurs bonnes pratiques et élaborent ensemble des méthodes efficaces pour mieux intégrer l’environnement à leurs stratégies et à leurs décisions. Les travaux des commissions sont aussi l’occasion d’échanges avec des experts issus de la communauté scientifique, des ONG, parfois les pouvoirs publics.

Un calendrier politique national propice, des échéances internationales, des attentes sociétales fortes, l’expérience déjà solide de nombreux membres ont incité les entreprises à accélérer la meilleure prise en compte de la biodiversité dans leurs modèles d’affaires et leurs opérations. Les entreprises savent depuis le Business & Climate Summit de 2015 et la COP21 qu’elles peuvent apporter des solutions et contribuer à l’ambition d’un accord mondial, si elles travaillent ensemble. Il s’agit aujourd’hui de susciter une dynamique en faveur de la nature que nous espérons de même ampleur. Le résultat de cette première vague est prometteur.

Afep

L’Afep est l’Association française des entreprises privées. Créée en 1982, elle réunit les grandes entreprises privées de dimension mondiale présentes en France. Elle est basée à Paris et à Bruxelles. L’Association, a pour objectif de contribuer à l’élaboration d’un environnement favorable au développement de l’activité économique durable et de porter la vision des entreprises qui la composent auprès des pouvoirs publics français, des institutions européennes et des organisations internationales. L’Afep compte 120 entreprises membres. Les effectifs employés par ces entreprises s’élèvent à plus de 2 millions de salariés en France, 8,5 millions de personnes dans le monde. L’Association intervient depuis 2000 sur les enjeux de l’environnement, du climat et de l’énergie.

L’Afep a participé à la mobilisation des entreprises en faveur de la biodiversité au début des années 2000 en visant tout d’abord une meilleure prise en compte dans le cadre de leurs sites d’activités. Elle a ainsi conçu un mémento « La biodiversité, un atout pour vos sites d’entreprises » avec le soutien du Ministère chargé de l’environnement et d’autres réseaux d’entreprises. L’Association a ensuite poursuivi l’accompagnement sur la biodiversité avec les entreprises pionnières dans le cadre plus large des matières premières et des produits/services.

L’Association est également intervenue pour faciliter la naissance de la Fondation pour la Recherche sur le Biodiversité en y associant les entreprises, et a mobilisé ces dernières, tout au long du long processus de création de « l’Intergovernmental science-policy platform on biodiversity and ecosystem services » (IPBES), qui permet de construire à l’échelon mondial le savoir sur la biodiversité. Nous avons participé aux travaux concernant la directive sur la responsabilité environnementale et sa transposition en droit français ainsi qu’à ceux relatifs à la loi sur la biodiversité. L’Afep est porteuse de nombreuses initiatives et démarches d’engagements d’entreprises (climat, économie circulaire, villes durables) et a souhaité mobiliser les Présidents des grands groupes membres en faveur de la biodiversité, en déclenchant un effet démultiplicateur vers les fournisseurs, les clients et les partenaires.

MEDEF

Le MEDEF est le premier réseau d’entrepreneurs de France couvrant l’ensemble des secteurs et toutes les tailles d’entreprises. Il met au coeur de son action la création d’emplois et la croissance durable, promeut l’entrepreneuriat et défend la libre entreprise. Par la grande diversité de ses climats locaux et de ses écosystèmes, en métropole et en outre-mer, la France est l’un des hauts lieux mondiaux de la biodiversité. Ce patrimoine exceptionnel est menacé. La biodiversité est l’objet d’une érosion rapide et préoccupante qui constitue un défi d’une importance égale à celle du changement climatique. En réaction à ce phénomène, et dépassant le seul objectif de préservation, la France s’est engagée dans une démarche de reconquête de la biodiversité. Cette reconquête de la biodiversité implique des changements de comportement, des efforts d’innovation, des échanges de bonnes pratiques qui se traduisent par des tensions mais également des opportunités pour les entreprises comme pour tous les acteurs concernés.

Le MEDEF est convaincu de l’importance de protéger la biodiversité et de la nécessité de mobiliser les entreprises pour contribuer à sa reconquête. Celle-ci ne pourra pas se faire sans le concours des entreprises. Elles sont de plus en plus nombreuses à développer leur expertise, à innover et à s’engager concrètement dans cet objectif. Parce qu’elles sont des acteurs et des partenaires essentiels répartis sur tout le territoire, parce qu’elles sont pourvoyeuses de solutions, les entreprises doivent être associées à toutes les initiatives publiques prises en faveur de la biodiversité. Le MEDEF est engagé dans la préservation de la biodiversité depuis les travaux du Grenelle de l’environnement.

Alliance pour la Préservation des Forêts

L’Alliance pour la Préservation des Forêts est un commun d’entreprises engagées dans la lutte contre la
déforestation et la préservation d’écosystèmes remarquables. Créée en mai 2018, l’Alliance pour la Préservation des Forêts est une initiative portée par l’Alliance Française pour une Huile de Palme Durable. Ses nombreux travaux visant à développer la filière durable de l’huile de palme l’ont conduit à ce constat : les approches par filières, en silo… développées jusqu’à présent n’ont pas permis de lutter efficacement contre la déforestation. Il y a urgence à agir de façon concertée ! La communauté scientifique et les ONG partagent également cette conviction : seule l’approche multi-filières peut enrayer la déforestation.

L’Alliance pour la Préservation des Forêts a ainsi pour ambition de mobiliser l’ensemble des filières concernées (cacao, café, bois, soja, caoutchouc, huile de palme, papier…) vers un triple objectif :
• Atteindre plus efficacement l’objectif « Zéro Déforestation » à 2020 ;
• Partager entre tous les acteurs les outils de suivi, les projets, les moyens… notamment à travers la multiplication des « projets territoriaux » multi-filières ;
• Contribuer activement à la SNDI (Stratégie Nationale de lutte contre la Déforestation Importée) portée par le gouvernement français à travers la création d’une plateforme commune (ONG – Public – Privé) et la création d’un fonds de soutien aux pays producteurs pour lutter contre la déforestation.

Collège des Directeurs du Développement Durable (C3D)

Le Collège des Directeurs du Développement Durable (C3D), fondé il a 10 ans, réunit près de 130 directeurs du développement durable et de la RSE d’entreprises et d’organisations privées et publiques. L’organisation, qui représente aujourd’hui plus de2,5 millions de salariés en France, est fondamentalement inscrite dans l’innovation et l’économie. Le C3D, présidé par Fabrice Bonnifet, Directeur Développement Durable et Qualité, Sécurité et Environnement, groupe Bouygues, est fortement engagé sur le sujet de la préservation de la biodiversité.

La biodiversité, qu’est-ce que cela rapporte ? La « preuve de l’utilité » de la biodiversité est évidente pour un fabricant de jus de fruit, un laboratoire pharmaceutique ou une marque de café. Or entreprises de services informatiques, banques ou assurances : toutes les sociétés sont directement dépendantes de la biodiversité. Ne serait-ce que parce qu’elles sont incapables de remplacer ce que l’on appelle les services écosystémiques – c’est-à-dire rendus par la nature – qui jusqu’à présent semblent gratuits.

Mais est-on au moins aussi efficace que la feuille de l’arbre, la bactérie ou l’huître lorsque l’on s’essaie au photovoltaïque, à l’assainissement ou la conception de céramiques ultra haute résistance ? Nous investissons, collectivement, des sommes vertigineuses dans l’intelligence artificielle, la recherche d’exoplanète ou la jeunesse quasi éternelle. Et si l’investissement dans la restauration de la biodiversité était le meilleur placement qui soit ?

Redevenons modestes. Nous avons, collectivement, beaucoup à apprendre de la nature avant d’espérer « en tirer profit ». Connaissances, d’innovation et brevets gagnés… ou perdus à jamais : si l’argument du « gain économique » est le seul qui puisse faire levier alors utilisons-le. Oui, chaque espèce sauvée augmente la valeur créée collectivement ET celle qui pourra être générée par les entreprises – pour peu qu’elles contribuent à la restauration de la biodiversité. Si nous voulons que la biodiversité soit considérée comme « alliée » du business, à nous de lui redonner un rôle concret dans les modèles économiques – assainissement, lutte contre les îlots de chaleur, gestion de l’eau potable, etc. – notamment ceux des territoires.

Et de nombreux autres « gains » directs sont à attendre de la restauration de la biodiversité, qui se traduiront tous de manière positive pour les entreprises : travailler le design ou la composition des produits via le biomimétisme revient à les repenser en termes de qualité, économies et efficience. Questionner l’origine des matières permet de resserrer les liens avec les fournisseurs, augmenter la transparence et travailler en confiance. Coopération, travail en réseau, résilience via l’approche collective, apprentissage et emploi : intégrer le sujet de la biodiversité dans la stratégie de l’entreprise contribue à l’innovation via leur transformation économique et sociétale.

Global Compact France

Le Global Compact France est une association qui rassemble des organisations engagées en faveur de la responsabilité sociétale sous l’égide des Nations Unies. En France on compte près de 1 200 entreprises et plus de 100 organisations à but non lucratif. Le Global Compact France est le relais du Global Compact des Nations Unies qui promeut dix principes universellement reconnus pour construire des sociétés plus stables et inclusives. Cadre d’engagement volontaire, référentiel international, plateforme d’actions et d’échanges, le Global Compact est la plus large initiative mondiale en matière de responsabilité sociétale avec plus de 12 000 participants dans plus de 70 pays.
Depuis 2015, c’est-à-dire depuis l’adoption des Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations Unies, le Global Compact a pour mission, aux côtés d’autres acteurs de la société civile, de promouvoir l’agenda 2030 auprès des entreprises. La biodiversité est une des conditions nécessaires à l’atteinte des ODD, c’est aussi une des cibles de l’agenda 2030.

Orée

Association multi-acteurs, Orée fédère et anime depuis 1992 un réseau de plus de 180 acteurs engagés dans le développement durable (entreprises, collectivités territoriales, associations, fédérations d’entreprises, organismes académiques et institutionnels, etc.). En tant que « think and do tank », elle développe aussi une réflexion commune sur les meilleures pratiques environnementales et des outils pour une gestion intégrée de l’environnement à l’échelle des territoires. Orée est aussi le point focal français du Global Partnership for Business and Biodiversity (GPBB) pour le secrétariat de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB). C’est dans ce cadre que l’association gère la plateforme de l’initiative française pour les entreprises et la biodiversité et participe au comité exécutif du GPBB.

Orse (Observatoire de la responsabilité sociétale des entreprises)

L’Orse (Observatoire de la responsabilité sociétale des entreprises) qui vient de fêter ses 18 ans est une association multi parties prenantes qui accompagne les stratégies RSE des entreprises. Avec son réseau : entreprises, organisations syndicales, fédérations professionnelles, l’association anticipe les grandes tendances, fédère autour de la RSE toutes les fonctions dans les organisations et met à disposition des acteurs de la RSE des clés de compréhension, des outils et une analyse de bonnes pratiques. La transition énergétique et écologique exige de faire évoluer la gouvernance de l’entreprise et incite à imaginer de nouveaux modes de financement liés aux critères RSE. Elle nécessite par ailleurs de s’extraire d’une vision en silos, pour penser les enjeux, et les solutions qui y répondent, en transversalité.

L’enjeu de la lutte contre le réchauffement climatique notamment doit être abordé dans ses interactions avec l’eau, l’agriculture mais aussi la biodiversité. L’Orse et ses membres sont très mobilisés sur ces sujets. Au sein de cette communauté d’acteurs engagés, l’association a cette particularité de regrouper une trentaine d’acteurs du secteur financier, des banques, des assureurs et leurs fédérations professionnelles, qui réfléchissent à la manière la plus efficace de prendre en compte les critères ESG dont la biodiversité doit faire partie, dans les politiques d’investissement et de financement. Ce secteur s’est notamment appuyé sur l’Orse pour publier un document : Mieux financer, mieux assurer la transition énergétique qui fait état de preuves, de solutions très concrètes pour les entreprises, les collectivités, ou les particuliers.

Agence française pour la biodiversité

L’Agence française pour la biodiversité est un établissement public créé au 1er janvier 2017 par la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages (loi n° 2016-1087 du 8 août 2016). Elle exerce des missions d’appui à la mise en oeuvre des politiques publiques dans les domaines de la connaissance, la préservation, la gestion et la restauration de la biodiversité des milieux terrestres, aquatiques et marins. Elle vient, sous la tutelle du Ministère de l’Environnement en appui aux acteurs publics mais travaille également en partenariat étroit avec les acteurs socio-économiques. l’AFB a notamment pour mission la mobilisation de la société civile pour qu’elle renforce ses engagements en faveur de la biodiversité en vue des évènements nationaux et internationaux d’ici à 2020 (Congrès mondial de la nature et 15e Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique – COP15).

Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB)

À l’heure où les rapports de l’IPBES soulignent la situation dramatique de la biodiversité, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) salue et accompagne l’engagement de plus de 60 dirigeants d’entreprises françaises en faveur de la lutte contre l’érosion de la biodiversité, l’usage plus durable des ressources vivantes et la valorisation de la biodiversité. Le monde économique impacte la biodiversité et les ressources biologiques. Il en dépend aussi. Régulation du climat, épuration des eaux, pollinisation, lutte contre les ravageurs, fourniture de nourriture, de bois, contribution à la santé humaine et au bien-être des citoyens… sont autant de services que les humains retirent des écosystèmes.

La nécessité de répondre au double défi de l’érosion de la biodiversité et du changement climatique va profondément modifier le modèle économique et les pratiques industrielles. Pour y parvenir, les entreprises ont plus que jamais besoin des connaissances scientifiques. La Fondation pour la recherche sur la biodiversité a pour missions de soutenir et d’agir avec la recherche pour accroître les connaissances sur la biodiversité mais aussi de valoriser et transférer les résultats de la recherche en appui à l’action. La FRB a été créée en 2008 à l’initiative des ministères de la recherche et de l’écologie par huit instituts de recherche. Ils ont été rejoints depuis par LVMH, l’Ineris et l’Université de Montpellier. L’originalité de la FRB repose sur son rôle d’interface entre la communauté scientifique, la société civile et en particulier le monde de l’entreprise. Son objectif : relever ensemble les défis scientifiques de la biodiversité.

Fondation GoodPlanet

Prolongement du travail artistique et de l’engagement pour l’environnement de Yann Arthus-Bertrand, la Fondation GoodPlanet, reconnue d’utilité publique, a pour objectifs de placer l’écologie et la solidarité au coeur des consciences et de susciter l’envie d’agir concrètement pour la Terre et ses habitants. Créée en 2005, la Fondation GoodPlanet propose des projets artistiques (7 milliards d’Autres, Human…) et pédagogiques pour sensibiliser le plus large public à travers le monde. Avec le programme Action Carbone Solidaire, la Fondation GoodPlanet soutient des projets solidaires et environnementaux dans 12 pays. Elle a permis la construction de près de 6 000 réservoirs à biogaz, la mise en place de plus de 10 000 cuiseurs solaires et la construction de 7 écoles bioclimatiques, au bénéfice de plus de 150 000 personnes.

Plusieurs projets de terrain permettant une meilleure coexistence entre les êtres humains et les animaux ou encore la protection et la restauration de zones naturelles sont également soutenus par la fondation. En 2015, elle lance le programme « La solution est dans l’assiette ! » qui promeut 60 solutions et 100 initiatives concrètes pour une alimentation responsable conciliant plaisir, santé et climat. En juillet 2015, la ville de Paris accorde à la Fondation GoodPlanet la concession du Domaine de Longchamp pour une durée de 30 ans. Premier lieu dédié à l’écologie et la solidarité à Paris, inauguré en mai 2017, la fondation accueille gratuitement le public dans un écrin de biodiversité (parc de 3,5 hectares, ruches, potager en permaculture, sentier nature…) pour profiter des ateliers, concerts, projections et tant d’autres activités.

France Nature Environnement

France Nature Environnement est LA fédération des associations de protection de la nature et de l’environnement,
porte-voix de l’action de 3 500 associations sur l’ensemble du territoire, en métropole comme dans tous les Outre-mer. La biodiversité est depuis 50 ans au coeur de l’action de FNE : elle est indispensable au bon fonctionnement des écosystèmes et de la planète. Les sociétés humaines en font partie et en dépendent. Elle est, par exemple, à la base de ressources pour l’alimentation, la santé, la construction, l’énergie et la production de vêtements. FNE joue un rôle déterminant dans la régulation du climat, tout en étant à l’origine de nombreuses avancées en matière de santé et de développement technologique.

Elle est aujourd’hui fortement menacée. Tous les indicateurs sont au rouge : la sixième extinction massive des espèces est en cours partout. Notre pays, situé dans 5 des 36 « points chauds » de biodiversité identifiés au niveau mondial, fait partie des 18 pays abritant la biodiversité la plus riche. L’action des acteurs économiques est déterminante. Quelle que soit son activité, toute entreprise est concernée directement ou indirectement par l’érosion de la biodiversité et peut être un acteur majeur pour l’enrayer. Il faut trouver les voies d’un modèle économique pérenne, capable d’intégrer les enjeux environnementaux à ceux qui commandent l’avenir de nos territoires et des emplois.

Fondation pour la Nature et l’Homme (FNH)

Créée en 1990 par Nicolas Hulot, reconnue d’utilité publique, apolitique et non confessionnelle, la Fondation pour la Nature et l’Homme (FNH) s’est donné pour mission d’accélérer les changements de comportements individuels et communs en faisant émerger et en valorisant des solutions en faveur de la transition écologique. Afin de mener à bien sa mission, la Fondation combine la réflexion, l’action et la sensibilisation. Elle élabore des idées nouvelles et porte des propositions auprès des décideurs politiques et économiques, avec son conseil scientifique et son réseau d’experts pluridisciplinaires.

Elle fait émerger et accompagne les acteurs du changement en soutenant et valorisant, en France comme à l’international, des initiatives porteuses d’avenir afin de les démultiplier à plus grande échelle. Et pour que chacun puisse être moteur de la transition écologique, elle élabore des outils et des campagnes de mobilisation citoyenne. L’engagement des entreprises en faveur de la lutte contre l’érosion de la biodiversité nous semble un maillon essentiel qu’il faut encourager et soutenir. En vue du Congrès international de l’UICN qui se tiendra à Marseille en 2020, il nous semble impérieux de soutenir, encourager et permettre d’amplifier toute démarche de progrès. Chaque initiative apporte sa part de la solution, ce n’est que tous ensemble que nous pourrons endiguer cet enjeu de civilisation.

Humanité et Biodiversité (H & B)

Association nationale loi 1901, créée en 1976, reconnue d’utilité publique et agréée au titre de la protection de la nature par le Ministère de l’Environnement, Humanité et Biodiversité (H & B) est présidée depuis mars 2015 par Bernard Chevassus-au-Louis, qui succède à Hubert Reeves et Théodore Monod. Dirigée par Sandrine Bélier, depuis 40 ans notre objectif principal est le renforcement de la prise en compte par tous des synergies et des liens indissociables entre les humains et la biodiversité. Le credo de l’association : placer la biodiversité au coeur de nos sociétés. Préserver et respecter la diversité du vivant dans une approche humaniste, intégrer la prise en compte de la biodiversité dans tous les secteurs d’activité, favoriser le développement de la biodiversité sur tout le territoire mais aussi mobiliser toute la société sont les quatre objectifs clefs d’Humanité et Biodiversité.

Notre action :
• Favoriser la prise de conscience : Nous partageons les connaissances par des publications, conférences, actions de sensibilisation et de formation pour tous les publics.
• Influencer les décideurs : Nous proposons au quotidien des solutions concrètes, efficaces et équitables pour les politiques publiques et privées, auprès du gouvernement, des décideurs publics et privés. Nous mobilisons notre expertise et notre savoir-faire pour la préservation des espèces non-humaines et des espaces naturels, mais aussi pour la prise en compte de la biodiversité dans les politiques liées à l’alimentation, à la santé, à l’énergie, au changement climatique, au transport, etc.
• Agir concrètement : Nous menons des actions favorables à la biodiversité sur le terrain par l’animation d’un réseau
d’« Oasis Nature » (plus de 800), par des partenariats d’actions avec des collectivités, des écoles, des entreprises et grâce à un site communautaire mobilisateur.

H & B soutiendra les engagements ambitieux et mesurables des entreprises pour contribuer à la préservation et la reconquête de la biodiversité en France et dans le monde. Nous sommes prêts à accompagner et soutenir les entreprises s’engageant dans la Stratégie Nationale pour la biodiversité, celles dont les engagements comporteront des indicateurs de suivi et une évaluation sincère de l’impact sur la biodiversité des actions qu’elles s’engagent à mettre en oeuvre.

LPO

La LPO est le représentant officiel de BirdLife International en France. Face à la 6e extinction de masse à laquelle nous sommes confrontés, l’heure n’est plus à soigner, réparer une nature meurtrie, à gagner quelques petites victoires dérisoires, mais à inverser la tendance. Ce défi ne peut être relevé sans une vaste concertation collective, constructive et pragmatique. La France figure parmi les 7 pays abritant le plus grand nombre d’espèces menacées au monde, ce qui lui confère une forte responsabilité en matière de biodiversité. 32 % des espèces de vertébrés voient aujourd’hui leur population décliner, 40 % des espèces de mammifères ont vu leur aire de répartition baisser de 80 % entre 1900 et 2015, plus d’un tiers des oiseaux des campagnes ont disparu en 15 ans. Il nous faut agir vite. La LPO contribue aux objectifs fixés par la communauté internationale sur la biodiversité à travers une dynamique de grande ampleur, impliquant les entreprises de tous secteurs, leurs collaborateurs et plus largement le grand public.

Présidée par Allain Bougrain Dubourg, la LPO est l’une des premières associations de protection de la nature en France. Avec plus de 46 000 adhérents et un réseau d’associations locales actives dans 79 départements, elle agit au quotidien pour la sauvegarde de la biodiversité à partir de sa vocation de protection des oiseaux. Elle est également en France le représentant officiel du réseau BirdLife International qui rassemble plus de 115 associations et près de 2,8 millions d’adhérents dans le monde.

Son activité s’articule autour de trois grandes missions que sont :
• La protection des espèces par la mise en oeuvre des plans nationaux de restauration d’oiseaux parmi les plus
menacés de France, la coordination des programmes européens de sauvegarde d’espèces et la réintroduction d’oiseaux menacés.
• La préservation des espaces : la LPO est l’un des principaux conservatoires nationaux d’espaces naturels,
notamment en zones humides, dont elle est un des gestionnaires historiques majeurs. Par ailleurs, avec plus
de 24 659 inscrits les Refuges LPO constituent le 1er réseau de jardins écologiques de France soit 38 000 ha.
• L’éducation et la sensibilisation

Noé

Association d’intérêt général, Noé a pour mission de sauvegarder la biodiversité. Cette mission s’incarne au travers de programmes de conservation d’espèces et de leur milieu naturel, mais également à travers des programmes de sciences participatives et des campagnes de mobilisation encourageant les changements de comportements en faveur de la biodiversité. Avec la révolution industrielle, l’homme a détruit et dégradé les milieux naturels et la biodiversité associée à ces milieux s’est considérablement appauvrie. Pour répondre à l’urgence de la situation, Noé a décidé, depuis sa création d’agir sur le terrain, dans une logique de résultats, avec des messages optimistes et rassembleurs, en proposant des solutions innovantes pour que tout un chacun, entreprises et collectivités, puisse s’impliquer concrètement pour sauvegarder la biodiversité dont nous dépendons tous au quotidien pour les innombrables biens et services qu’elle nous rend.

EpE se propose de compléter son action de sensibilisation des entreprises en les impliquant à travers des engagements concrets en faveur de la biodiversité, action sur laquelle Noé se retrouve totalement. Grâce à notre expérience d’accompagnement d’entreprises issues de différents domaines d’activité, il nous est apparu naturel de contribuer à notre niveau à cette initiative fédératrice, notamment en communiquant le plus largement possible via nos réseaux, et en mettant à disposition d’EpE nos contacts partenaires. Par ailleurs, cette initiative d’EpE vient parfaitement compléter la campagne nationale à venir de Noé « Recréons la France de la nature ! », basée sur la mobilisation de toutes les parties prenantes à toutes les échelles du territoire pour la mise en oeuvre de programmes de restauration de la biodiversité ordinaire. Les deux initiatives d’EpE et Noé se rejoignent donc dans leur objectif d’impulser une dynamique durable de mobilisation et d’action en faveur de la biodiversité.

WWF

En l’espace de 40 ans, la moitié d’une vie humaine, 58 % des vertébrés ont disparu à travers le monde. Nous vivons la sixième extinction de masse, la dernière ayant vu la disparition des dinosaures ! Artificialisation des sols, déforestation pour cultiver du soja ou de l’huile de palme, exploitations minières, surpêche, pollutions plastiques, changements climatiques ou encore usage de pesticides : l’activité humaine est la principale cause de cette extinction. Face à cette situation alarmante, le « business as usual » n’est plus possible. Pour inverser la tendance, tous les acteurs impactant la nature doivent se mobiliser, parce que notre prospérité à tous dépend du bon état de la nature. Pour le WWF, les entreprises doivent ainsi s’engager dès maintenant. C’est à la fois une nécessité écologique mais aussi une nécessité économique. Leurs modèles économiques en dépendent car les acteurs économiques de demain devront être compatibles avec les limites de la planète.

D'autres actualités à la Une

Newsletter